05/07/2019

Comment gérer l’évolution du climat sur la vigne ?

Aujourd’hui, il n’y a pas d’urgence d’évolution pour s’adapter au climat. Le climat change certes, mais lentement. Il y a malgré tout des phénomènes climatiques exceptionnels peu ou pas connus à ce jour : grêle, gel, orages violents, tornades, pluies torrentielles... 

Le suivi/adaptation des travaux en vert, les hauteurs de palissage, la surface foliaire, la gestion de la charge, la densité de plantation, le travail du sol, les périodes de vendanges mieux choisies, permettent une grande amplitude de travail. 

Le changement de climat et la gestion de l’eau

Une réflexion est importante sur l’utilisation de matériel végétal bien choisi, la sélection massale ou clonale. 

La gestion des couverts végétaux dans l’inter rang également est capitale avec :
• Travail sur les semis,

• Sur la fraîcheur des sols, 

• Le maintien d’un inter rang enherbé, 

  • L’implantation de haies et nos essais à venir en agroforesterie, toute cette biomasse environnant la vigne qui stocke et relargue de l’eau. 

Le changement climatique va avec la gestion de l’eau, à savoir, la limitation de l’érosion des sols (couverts, haies) dans le cas d’orages violents et plus fréquents. 

Il est également lié au stockage et à la redistribution d’eau à la vigne par les couverts végétaux, les arbres, et la stimulation de l’activité mycorhizienne. 

  • L’utilisation des levures de fermentation endogène avec un profil de transformation sucre / alcool favorable, peut être une réponse à des vins moins alcooleux. 

Le vigneron, bien que préoccupé, ne doit pas non plus s’inquiéter prématurément mais faire preuve de bon sens, de réflexion scientifique et d’adaptation.

Il n’est pas question de changer le style des vins produits mais d’anticiper les facteurs à problèmes.

Nous avons connu il y a plusieurs décennies des périodes où l’utilisation de sucre était obligatoire, et où l’on recherchait tous les moyens pour faire travailler la vigne davantage.